Happiness therapy


Il aime les trompettes, les tambours et les violons. Ses chansons sont gothiques, romantiques, épiques et ludiques. Ça file à mille à l'heure, ça donne la pêche, ça pousse à fermer les yeux et à partir dans le ciel, sur la mer, très loin... vers le pays des contes. Ca fait rêver.

Dans son premier album "The golden age" sorti le 18 mars dernier,  Woodkid, le prodige touche à tout, français de Brooklyn enchante autant qu'il emporte. Au fil des 14 chansons, il passe de l'humour à la tendresse, de l'euphorie à la nostalgie, jouant abilement de sa voix éraillée. Une voix si touchante lorsqu'il s'essaie à une ballade. Est ce une conséquence de ses excès? Trop chanté? Trop fumé? Trop veillé? ou bien est-ce la voix de son coeur à nu qui simplement nous parle.

Dans "I love you", Woodkid ose jouer avec les paradoxes : l'histoire triste d'un mystique transi que son être suprème ne regarde même pas ! Le tout orchestré sur un rythme délirant des années 50.  Et paradoxalement, cette histoire triste vous met la pêche. Un vrai coup de maître ! Quelques secondes dans la chanson et votre corps se trouve transporté dans une frénésie, des mouvements incontrôlables, un sourire un peu illuminé sur le visage. 

Forcément influencé par le cinéma ou les jeux vidéos, certaines chansons sont des récits épiques, des nouvelles frénétiques. Ainsi Stabat Mater ou bien Iron ou encore Conquest of Space. Il y a du Star Trek ou du Lancelot dans tout cela. A écouter avec les yeux fermés et les images vous viennent tout simplement.

Une recherche d'absolu ressort de cet album. Woodkid ne fait visiblement rien à moitié. Et même si la première écoute et son look de skater rasé font penser à Moby, il ne s'agît que d'une influence heureuse, d'une parenté bienveillante, qui ne l'empêche pas de créer son univers propre. Rien n'est laissé au hasard. L'album "The golden age" est construit comme un film, un conte ou bien même un opéra, alternant moment tendres, envolées lyriques, souvenirs nostalgiques ou projections oniriques.

De la première à la dernière chanson, Woodkid chante le sens de la vie, la magie de la nature, la solitude du tout petit et les personnages fabuleux que l'on rêve de devenir lorsque l'on est enfant.

http://www.youtube.com/watch?v=KQu8FOjJXdI

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

N'est pas Montherlant qui veut

Le club des cinq

Marché de dupes