Dedans dehors


Il est des tableaux dont la réputation est faite indépendamment de la cote de l'artiste. Le Cri de Edvard Munch en fait partie. 

Le Cri a, un jour, été volé. C'est d'ailleurs comme cela qu'il a été découvert par le grand public en 2004, suite à l'histoire rocambolesque de son vol en plein jour au Musée d'Oslo par trois jeunes voleurs amateurs. Un incroyable coup de maître. Une histoire qui n'est pas sans rappeler le vol de La Joconde en 1911 par un vitrier italien, amateur d'Art, qui garda l'oeuvre roulée chez lui pendant près de deux ans. Mais la comparaison s'arrête ici. En effet, si le portrait de Mona Lisa est un objet unique dans les centaines d'œuvres de Leonardo da Vinci; à la mort d'Edvard Munch, on a recensé quatre tableaux différents du Cri exécutés sur une vingtaine d'années et plus de 1900 autres versions picturales (pastels, lithographies, etc.) de la même scène. 

Le cri
Le Museum Of Modern Art (MOMA) de New York depuis le 15 octobre 2012, nous offre une magnifique exposition sur Edvard Munch, dans laquelle une version au pastel du Cri, datée de 1895, est présentée. Dans ce tableau, tout est courbe, mouvement et fluidité. Ainsi, la mer, le soleil couchant et la côte se confondent . Au loin, le village et la rade ne font qu'un. Une seule ligne droite vient couper la perspective de cet espace harmonieux, doux et paisible. Un quai avec une balustrade sur lequel se tiennent trois personnages. Deux d'entre eux semblent profiter de cette ballade en fin d'après-midi, nonchalants et contemplatifs. Le troisième lui se tient en premier plan et n'est que douleur. Son corps se confond avec le sentiment qu'il exprime. Il est le cri. Il est la vibration de ses cordes vocales. Un tête déformée par le hurlement. Le visage n'a plus de traits, un énorme cercle remplace la bouche. Quatre petits trous marquent l’emplacement de ses yeux et de son nez. A ce moment, il n'est plus homme mais sentiment, sensation et âme.


Les femmes
Une deuxième oeuvre attire l'attention dans cette exposition singulière: Madonna. Une fois encore, il ne s'agit que d'une des nombreuses versions peintes mais quelle est fascinante ! Au centre une très belle femme au torse nu, dans une pose lascive. Elle est enceinte. En bas à gauche une petit personnage à peine humain. Le père de l'enfant, tête baissée comme exprimant de la honte. Madone signifie ici: mère qui porte l'enfant, car elle n'a rien d'une sainte. Femme dont les longs cheveux se fondent dans le ciel du tableau. Femme dominatrice qui fait le choix d'avoir un enfant seule, comme une évocation de l'immaculée conception. Détail plutôt sordide : des traces de sperme sont stylisées sur l'encadrement rouge du tableau. 

Quand on regarde l'oeuvre d'Edvard Munch, la place des femmes est exprimée d'une manière très singulière. Les unes sont perdues et victimes opprimées par la société du XIXème siècle; les autres dangereuses et présentées comme des prédatrices-vampires, séductrices et adultères.

La nature
La nature est aussi présente dans beaucoup de ses toiles. Des paysages qui mêlent la douceur et la rudesse de sa Norvège natale. Ses compositions mettent souvent en scène des paysages dans lequel le ciel se confond avec la mer et la mer avec la terre. Les côtes sont plates sans relief. De grandes baies aux courbes douces, des ciels allumés par un soleil couchant sans éclat. Mais il ne faut pas se tromper sur le rôle joué par ces paysages. Edvard Munch n'est pas un peintre naturaliste. Au contraire, le paysage est un accessoire; pas l'objet principal du tableau. Il sert à poser le sentiment, à le renforcer, voire à le sublimer. Lorsqu'il met en scène un personnage, son enveloppe physique aide à véhiculer des sentiments. Elle est le reflet de son âme. 

Edvard Munch a conçu son oeuvre comme un seul et même ensemble, qu'il a appelé "La frise de la vie". Une multiplicité de sentiments ont ainsi été explorés : mélancolie, hystérie, peur, mensonge.  Il pensait que le but de la peinture était de rendre compte de l'âme plutôt que du réalisme des corps. 

Pionnier de la Peinture moderne, il a contribué à influencer la transformation artistique de la fin du XIX siècle, en allant vers le symbolisme et l'abstraction.


Edvard  Munch - 1863-1944 - Norvège 
Museum Of Modern Art - New York
http://www.moma.org/
24 octobre 2012 - 29 avril 2013
Exposition de 12 tableaux, lithographies et pastels

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

N'est pas Montherlant qui veut

Le club des cinq

Marché de dupes