Articles

Affichage des articles du septembre, 2012

Warhol et Associés

Image
Depuis la mi-septembre s'est ouverte une magnifique exposition autour d'Andy Warhol au Metropolitan Museum of Arts de New York.

Plus qu'une rétrospective, il s'agit d'une impressionnante installation combinant les oeuvres les plus emblématiques de Warhol avec celles d'autres artistes contemporains, tous visiblement influencés par lui. On citera ainsi Jeff Koons, David Hockney,Gilbert & George, le brésilien Vik Munis, le chinois Ai Weiwei ou encore Haruki Murakami. Au total soixante artistes sur trois générations, représentant cinquante années de création.

Dès l'entrée, c'est le maître Andy Warhol en personne qui vous accueille... enfin plutôt ses deux spectaculaires autoportraits. Il a le visage tranquille, une main sur le menton, deux doigts sur le coin de sa bouche : on dirait un sphynx... prêt à poser ses questions. L'exposition, très didactique, est conçue comme un dialogue entre une multitude d'artistes contemporains. Elle s'organise…

Le reflet de l'âme dans la couleur du divin

Image
Pour entrer dans l'oeuvre de Pierre Soulages, il faut laisser derrière soi faits établis, certitudes et parti-pris.


Le noir est souvent considéré comme une "non couleur". Il est composé de pigments, combinés de manière à absorber des longueurs d'onde différentes. C'est ainsi qu'il ne reflète aucune partie de la lumière visible. C'est sur ce paradoxe que Pierre Soulages a bâti la quête de toute sa vie. Une quête dont il a fait une oeuvre. On entre donc dans ses tableaux par le noir. Mais contrairement à un trou noir qui avale tout, le noir lui permet de structurer la vision, de poser l'œil sur la surface, comme un guide. On plonge dans la toile par un point, jamais le même, mais chaque fois la plongée est voluptueuse, vertigineuse, quasi mystique.
Dès ses premières toiles, dans les années cinquante et soixante, les mouvements du peintre et la pression de l'outil sont aussi importants que l'association des couleurs. Ils ne sont pas accessoires au…

720 heures de la vie d'une femme

Image
La première scène fait l'effet d'un coup de poing : le coup de poing reçu par Michèle pendant son viol. Un viol sauvage qui brise, déchire, écrase, laisse des bleus et anéantit. Quelques lignes seulement mais d'une force incroyable. Puis l'homme cagoulé s'enfuit, la laissant seule, salie, sur le tapis du salon. Triste histoire de l'abjection ordinaire. Mais que croyez-vous qu'il arrive ? Michèle se relève, va prendre une douche. Puis elle range le salon, ramasse les bibelots cassés, passe l'aspirateur et rassure son vieux chat. Elle est en retard. Ce soir, elle attend sa famille pour dîner. Michèle fera ainsi comme si de rien n'était. Elle fait bonne figure...

Le viol est alors le point de départ d'une longue descente en apnée dans le corps et l'esprit de cette femme. Une apnée un peu oppressante d'un seul chapitre de 250 pages. Cette première scène sert de point d'entrée et l'on ne ressort la tête de l'eau que pour l'épil…

Immoderato cantabile

Image
Ils ont à peine trente ans mais portent déjà haut et fort la rigueur, la maîtrise et l'inventivité de la gastronomie française.

Vincent a été formé à la prestigieuse "école" des Frères Pourcel à Montpellier pendant onze années. Et c'est certainement là, qu'il a acquis sa précision, son exigence et un peu de son style. Seul dans sa cuisine ouverte sur la salle, il oeuvre tel un artisan sur son établi: calme, précis, indifférent à l'animation qui l'entoure. Chacune de ses assiettes semble unique car composée avec un soin tout particulier pour offrir le plaisir des yeux avant celui des papilles.
Mais ne croyez pas qu'il soit l'apôtre de cette cuisine sophistiquée et technologique qui a cours dans certains restaurants branchés. Bien au contraire, sa cuisine gastronomique, a le terroir et l'identité française chevillés au corps. Sa courte carte renouvelée tous les trimestres, témoigne d'une simplicité et authenticité voulues: « carpaccio de bar,…